Select Page

Ce texte est la transcription d’un message audio. La forme orale a été conservée tout au long. Pour écouter le message dans sa forme originale, s’il vous plaît cliquez ici.

“Nous te remercions Seigneur et te louons pour Ta Parole et Ton Esprit Saint qui nous donne compréhension, illumination, révélation, en la personne de Jésus Christ. Laissons Jésus croître pendant que nous méditons les choses que le Saint-Esprit nous enseigne aujourd’hui, dans le puissant nom de Jésus, Amen “.

Permettez-moi de vous expliquer, du mieux que je peux, ce que j’entends et ce que je vois par l’Esprit de Dieu. Il me conduit à travers une période très profonde et très pénétrante d’ajustement. Maintenant, j’aime ce mot : ajustement. Ajustement. Je sais qu’il est dérangeant et déconcertant d’avoir le sentiment que tout ce que vous pensiez est faux (ou, au mieux, incomplet), et que Dieu vous montre une manière différente, une manière plus excellente, et le plus souvent ce «chemin» n’est pas celui que vous auriez choisi ou que vous auriez trouvé. C’est un processus que l’on n’aime pas particulièrement traverser.

Malgré tout, nous avons tous besoin d’un ajustement majeur. J’ai un dicton qui m’a bien servi au fil des ans, et je voudrais le partager avec vous maintenant: le but de la révélation n’est pas de JUSTIFIER vos illusions, mais de les ELIMINER. Ne cherchez pas la confirmation de Dieu pour vos pensées et votre perception des choses, mais cherchez plutôt à être désillusionné; cherchez à vous débarrasser de toutes vos illusions sur Dieu, de toutes vos fausses idées et des fausses idées au sujet de qui Il est et de ce qu’Il fait. Cherchez à Le connaître, Lui et sa volonté, peu importe combien cela semble contraire à tout ce que vous avez entendu, appris et expérimenté jusqu’à ce point.

La Bible nous appelle à grandir dans la grâce et dans la connaissance du Seigneur Jésus, et cette croissance n’est possible que par révélation. Cette révélation est accompagnée d’ajustement, et cet ajustement sera continu et permanent, jusqu’à ce que nous soyons parfaitement et totalement aligné sur le coeur et l’Esprit de Dieu, Son but, Sa volonté et Son royaume.

La repentance, dans son sens le plus vrai, est un ajustement du coeur, un ajustement de l’esprit, des pensées et des attitudes de l’âme, de ses directives (ou de celles qu’elle devrait nous donner), un ajustement en termes de ce que nous avions l’habitude de faire et que nous ne faisons plus, ou de choses que nous ne faisions pas et que nous commençons àfaire. C’est une révélation qui conduit à un changement de coeur, qui provoque un changement d’état d’esprit, et qui entraîne un changement de comportement et il doit en résulter un changement de direction. C’est cela la repentance. Pas ces larmes et ces résolutions, qui une fois émises ne seront que souvenir et on fera les mêmes choses encore et encore. Mais la repentance est un ajustement total à Dieu – un ajustement à son dessein, à son esprit, à son coeur, à sa volonté.

Parce que, vous comprenez, que Dieu jamais ne s’ajustera, ni ne s’est jamais ajusté à nous. C’est-à-dire que Dieu ne se contentera jamais de quelque chose de moins que Sa pleine pensée, que Sa pleine intention. Il cherche quelque chose et Il ne se fera jamais de compromis ni révisera à la baisse Ses attentes pour mieux convenir à nos désirs. Évidemment, le Royaume de Dieu et la volonté de Dieu ne vont pas être centrés autour de ce que nous voulons, ou ce à quoi nous nous attendons. Et c’est pourquoi nous prions, “Que Ton Royaume vienne, et que Ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel ». J’ai constaté qu’il est impossible de prier cela chaque jour et d’en faire le centre de votre vie de prière et de toujours s’attendre à ce que les choses se fassent selon votre propre volonté. Ce n’est juste pas possible. La prière est un ajustement et si vous ne vous êtes pas ajustés par la prière alors vous n’avez pas vraiment prié.

“Non pas ma volonté, mais que ta volonté soit faite» – c’est l’ajustement ultime. Même Jésus quand il s’est retrouvé dans une situation d’agonie a jugé nécessaire de prononcer ces mots à Dieu dans la prière: «Non pas ma volonté, mais que ta volonté soit faite”. Je n’ai jamais entendu le Seigneur me dire: «Eh bien Chip, je n’avais pas pensé à ça. Tu marques un bon point. Maintenant que tu en parles, ton chemin semble bien après tout! Je vais m’ajuster à ta volonté ». Pas une seule fois il n’a fait cela, et je le connais assez bien maintenant pour dire sans équivoque qu’il ne s’ajustera jamais à moi pour répondre à mon attente et qu’il ne s’ajustera jamais lui-même ou qu’il n’ajustera jamais son but éternel pour répondre à vous ou à vos attentes. Au lieu de cela, il nous mettra constamment au défi de renier notre propre volonté et nos propres pensées et nos propres désirs perçus, nos propres vouloirs et besoins de les ajuster à Lui ; de quitter notre terrain et de venir sur son terrain.

Maintenant, si vous avez déjà vécu cet ajustement au Seigneur, alors vous savez que c’est un processus continu. Vous et moi sommes dans le besoin constant d’être ajusté à Dieu. Nous avons tendance à être irrésolus et instables. Nos pensées dispersées sont souvent troublées et conflictuelles. Nos coeurs fous sont remplis d’égocentrisme et d’égoïsme.

Même dans nos moments les plus saints, quand nous pensons vraiment poursuivre Dieu et vraiment faire Sa volonté, tant de fois, nous sommes réellement en train poursuivre notre propre agenda et il se trouve juste que ce que je veux et ce que je pense que Dieu veut, sont la même chose! Mais vous savez, ça peut être tellement trompeur. Il y a-t-il un seul chrétien sur la face de la terre qui ne croit pas, réellement, que ce qu’il fait n’est pas la volonté de Dieu? Feriez-vous intentionnellement quelque chose que vous savez ne pas être la volonté de Dieu? Eh bien, si vous l’avez fait, vous savez alors que c’était un péché, mais je fais référence à toutes les bonnes choses que nous faisons et je m’adresse en particulier à ceux d’entre nous qui se sentent appelés par Dieu pour quelque ministère.

Il y a-t-il une seule personne qui exerce son ministère qui ne croit pas à cent pour cent que c’est la volonté de Dieu pour lui? Eh bien, la pensée ne traverse jamais leur esprit, «Dieu m’a appelé et c’est la seule chose que je poursuis pour lui ». Maintenant, je l’ai fait, beaucoup d’entre vous l’ont fait, et je voudrais dire que cela nous met dans une situation très précaire. Cela nous met dans une place où nous sommes si sûrs, si positifs, si certains que nous faisons la bonne chose, c’est que nous ne sommes plus ajustables.

Le travail du Seigneur devient plus important pour nous que le Seigneur du travail. Et certaines personnes ne peuvent même pas faire la différence entre les deux : pour eux, l’oeuvre du Seigneur et le Seigneur de l’oeuvre sont une seule et même chose. Eh bien, je dis qu’il ya une différence entre les deux, entre l’oeuvre du Seigneur et le Seigneur de l’oeuvre. Et je dois avouer que j’ai passé la plupart de ma vie, depuis l’époque ou j’avais douze ans, à la poursuite de cette chose appelée “le ministère”.

Dieu a commencé à régler cela radicalement en moi il ya dix ans et l’ajustement était si sévère, si pénétrant, que j’ai du quitter de la dénomination de laquelle je faisais partie depuis seize ans. Vous avez probablement lu ou entendu mon témoignage avant, je ne vais pas vous ennuyer avec cela de nouveau maintenant. Le point est que Dieu a commencé un processus d’ajustement en nous et ce processus est en cours. Il est continuel. Mais vous devez être ouvert à ce processus d’ajustement – et si peu de gens le sont. Ils ne peuvent et ne seront pas ajustés par moi, par Dieu ou par qui que ce soit d’autre. Peut-être sont-ils appelés, peut-être sont-ils doués, mais ce même appel que Dieu à placé sur leur vie, ce même don devient un piège pour eux. Cela devient une trappe. Cela devient une distraction qui éloigne de Jésus.

Maintenant, combien d’exemples de personnes de la Bible dois-je vous montrer pour vous faire voir cela? Vous pouvez regarder Abraham. Il y a le fils de la promesse, Isaac, et sur Isaac repose tout ce que Dieu a appelé Abraham à faire et à être. Et puis Dieu dit à Abraham de sacrifier Isaac: «Oui, tu m’as bien entendu: donne-le moi. Rends-le-moi ». Et la discussion, bien sûr, irait dans ce sens:”. Eh bien Dieu, tu m’as donné ce fils, ce fils est un miracle! Ce fils, qui représente ton alliance et de ta promesse et tout repose sur Isaac. Maintenant, tu dis «sacrifie-moi Isaac dans un holocauste. « Ca n’a pas de sens! Cela ne peut pas être toi! Comment pourrais-tu me faire cela? “. Mais, Abraham n’a pas dit un mot, il a juste commencé à exécuter les instructions reçues et comme il était un être humain, il a certainement eu des pensées à ce sujet. Il y a-t-il quelqu’un qui m’écoute maintenant et qui ne se demanderait si c’est bien la volonté de Dieu dans un cas similaire ou Dieu vous appellerait à lui donner votre seul enfant ou un de vos enfants? Êtes-vous si pieux et si spirituels que vous accepteriez sans aucune question et commenceriez à obéir ? Non, vous remettriez cela en question et moi aussi! Et il est fort peu probable que nous obéirions.

Mais quel est le principe? C’est que la chose même à laquelle Dieu vous appelle, la chose même qu’il vous donne, peut devenir un piège. Je ne connais pas un homme sur dix mille, moi y compris, qui ferait ce que Abraham avait été appelé à faire. Quelle est l’application pour vous et pour moi ? Dieu exige que nous abandonnions la chose que nous aimons le plus. La chose que nous aimons le plus, même si c’est une bonne chose, même si c’est quelque chose qu’il nous a donné peut devenir une idole si nous le permettons. Et c’est le triste héritage et la tragédie de nombreuses églises, ministères, travaux effectués pour Dieu. Ils seront tous brûlés et seront révélé n’étant rien d’autre que de la paille.

Maintenant, il n’y a rien de mal avec Isaac. Isaac était bon, fidèle, obéissant – la joie du coeur de son père. Et de la même façon, il n’y a rien de mal avec l’appel de Dieu et le don de Dieu; rien de mal à avoir un ministère si cela est une véritable expression de Christ. Cela n’a rien à voir avec le ministère, il a tout à voir avec le ministre, la personne. Le message peut même être un bon message mais souvent le messager laisse tellement à désirer. La prophétie peut être techniquement correcte, mais le prophète, la personne est absolument hors service.

Je l’ai vécu il y a quelques semaines: «Frère Chip, lisez ma prophétie, dites-moi ce que vous pensez.” Eh bien, c’est une chose dangereuse que de me demander cela, surtout si vous n’êtes pas vraiment à la recherche de la vérité. Je préfère ne pas vous dire ce que je pense de quoique cela soit parce que le plus souvent, cela sera la fin d’une amitié. Mais elle dit: «Frère Chip, lisez ma prophétie, et dites-moi ce que vous en pensez.” Je ne la connaissais pas très bien alors j’ai dit: «Bon, je vais la lire et je vous dirai ce que j’en pense.” Et l’Esprit du Seigneur m’a donné le discernement. Non seulement j’ai vu de la façon dont Il l’a vu mais je savais que cette personne n’accepterait pas ma sentence. Et en fait, cela me rendait les choses plus faciles, je savais que je pouvais juste lui dire la vérité, elle pouvait la refuser, et nous pourrions aller chacun notre chemin. Alors, voici ce que j’ai dit : “La prophétie est techniquement correcte. Les Écritures sont correctement citées. Il n’ya rien d’erroné dans cette prophétie ; ni avec les paroles en elles-mêmes, mais il y a beaucoup de manquements dans le prophète “. Et, pas à pas, je lui ai montré trois ou quatre domaines, dans sa vie, qui n’étaient pas en ordre : son idée bien personnelle du ministère; son esprit religieux; son hypocrisie; tout cela. Vous voyez, je ne me suis pas occupé de la parole, mais de la personne qui donne la parole. Et sans surprise, elle a rejeté tous mes conseils, m’a attribué beaucoup de vilains noms, et, ce faisant, a accompli tout ce que j’avais parlé sur elle et sans même s’en rendre compte. Eh bien, elle a obtenu plus qu’elle n’avait marchandé, n’est-ce pas? Je pense qu’elle aurait pu gérer mes critiques de sa parole, mais qu’elle ne pouvait gérer aucun type d’ajustement de son coeur, de son esprit, ou de ses actions.

Maintenant peut-être vous pouvez comprendre pourquoi je ne parle plus dans les églises, et presque plus jamais dans les groupes de maisons. C’est le genre d’ajustement pointu auquel peu de gens sont prêts à se soumettre. Ils veulent tout offrir à Dieu sauf ce qu’il leur demande. Ils protégeront Isaac jusqu’à leur dernier souffle si nécessaire, plutôt que de le sacrifier. N’est-ce pas l’instinct naturel? “Eh bien, c’est la promesse de Dieu! Cela représente un ministère qui va bénir les nations. Nous nous sommes réunis dans les maisons pendant vingt-cinq ans ou cette église a cent ans, et qu’à Dieu ne plaise, nous n’allons jamais la sacrifier ou nous en séparer ou même remettre en question son existence. Notre vie entière a été répandue pour nous amener à cet endroit et maintenant que nous avons ce que Dieu a promis, vous nous dites que nous devons abandonner. Eh bien, nous n’allons pas y renoncer. Nous n’allons pas sacrifier Isaac. “Et c’est à ce moment qu’elle meurt. Pourquoi? Parce qu’elle n’a plus la marque de la croix sur elle.
La marque de la Croix signifie que nous sacrifions volontiers tout ce que Dieu exige de nous et nous lui faisons confiance qu’Il le ressuscitera de la mort au temps et la saison de son choix, ou, qu’Il suscitera quelque chose d’autre, quelque chose de mieux à sa place. Quand vous lisez l’histoire d’Abraham vous voyez que c’est exactement ce qui s’est passé. Il a donné Isaac à Dieu et Dieu a renouvelé son alliance avec Abraham et Isaac fut de nouveau rendu. Eh bien, si vous connaissez un peu le principe de la Croix, alors vous pouvez facilement comprendre cette leçon avec Abraham et si non, alors je prie Dieu de vous ouvrir les yeux à la vérité. «Si le grain de blé ne tombe en terre et ne meurt, il reste seul. Mais s’il meurt, s’il meurt, s’il meurt, il porte beaucoup de fruit. “D’où vient la fertilité? Elle vient de la mort, en renonçant à soi-même.

Dieu apporte la vie à partir de la mort et pour nous amener sur le terrain de la résurrection, il doit nous emmener à travers l’oeuvre de la Croix. Peu importent votre ministère, vos dons ou votre vocation, si la marque de la Croix n’est pas appliquée sur votre vie, sur votre être, alors tout ce que vous faites est entaché de soi. Cela n’est pas pur. Il y a un mélange. Ceux d’entre nous qui sont concernés par ces lignes peuvent facilement voir les impuretés dans les autres personnes. Pourquoi ? Parce que Dieu est constamment en train de montrer ces mêmes impuretés en nous-mêmes.

Eh bien, regardez Moïse. Si jamais il y eut quelqu’un appelé de Dieu et doué, c’était Moïse! Mais voici ce que vous devez comprendre, écoutez ce que je dis: les dons et les appels de Dieu ne sont pas le problème. Le problème est celui qui est appelé, qui a reçu les dons. Cette personne peut-elle être ajustée à Dieu, ou faut-il s’attendre à ce que tout le monde et tout le reste, y compris Dieu, soient ajustés à elle? Va-t-elle se soumettre à la Croix ou s’accrocher obstinément à sa propre vie ? Trouver des frères et soeurs remplis de dons, trouver des frères et soeurs appelés n’est pas si difficile. La chose difficile est de trouver des frères et soeurs crucifiés, des gens qui ont accepté ce principe de la croix et sont morts à eux-mêmes.

Moïse avait les dons de Dieu. Moïse avait reçu l’appel de Dieu. Mais il voulait faire les choses à sa manière. Donc, vous voyez, il y avait une impureté là. Tant de gens sont doués et appelés, mais cela ne qualifie pas une personne. Je voudrais plutôt voir une personne ordinaire, entière, sans don perceptible et sans aucun appel extraordinaire, mais brisée! Ce genre de personnes peut être ajusté. Dieu peut utiliser quelqu’un comme ça, il peut faire quelque chose avec quelqu’un comme ça. Mais les personnes ayant reçu un appel ou des dons doivent être brisées avant de pouvoir être utilisées. Vous n’aimez pas cela, je n’aime pas cela, mais c’est là, dans la Parole de Dieu.

Moïse a agi dans la force de sa personnalité. Il était fidèle à son don et fidèle à sa vocation, mais Dieu a dit: «Ce n’est pas assez. Ton don et ta vocation, ce n’est pas suffisant. Tu as besoin de temps dans le désert. Tu as vécu comme un prince d’Egypte depuis si longtemps que tu dois à cesser de penser et de te comporter comme un Egyptien si tu veux que ton don et ton appel trouvent leur expression la plus pure. Le désert te donnera l’ajustement dont tu as si désespérément besoin. Je veux que tu saches que je ne suis pas pressé. Je ne vais pas me précipiter. Je ne vais pas travailler en m’alignant sur ton agenda et calendrier, Moïse. Dix ans, vingt ans, quarante ans – cela ne fait aucune différence pour moi. Je veux quelque chose de toi, et je ne vais pas prendre de repos jusqu’à ce que mon but arrive à maturité en toi. Alors, et seulement alors, je pourrai t’envoyer comme le libérateur de mon peuple, comme quelqu’un qui n’est pas seulement appelé mais choisi! ”

Eh bien, Moïse fuit l’Egypte et n’a nulle part où aller sauf dans le désert. Ce n’était pas quelque chose qu’il aurait choisi de lui-même. Il a dû y être chassé. Et tout cela faisait partie des relations souveraines de Dieu avec lui. Cela était très sévère. C’était très incisif. Et c’était très révélateur. Moïse devait se débarrasser de beaucoup de déchets. Il avait beaucoup à désapprendre. Il a passé 40 années, caché dans le désert, à travailler comme berger. Dans la société d’aujourd’hui, on dirait qu’il a été éboueur pendant quarante ans. Rien de mal à cela, mais certainement pas « glamour ». C’est un travail honnête, mais ce n’est pas très brillant. Il y fait chaud, c’est un travail sale, malodorant, que la plupart des gens ne veulent pas faire : en particulier les personnes qui se sentent appelées au ministère, c’est quelque chose qu’ils vont plutôt mépriser. Ils veulent une position dans une église quelque part! C’est leur formation; porter partout la Bible du pasteur ou faire quelque chose d’important! Prêcher quelques sermons. Vous voyez? Ils n’ont pas été dans le désert. Ils n’ont pas passé de temps dans le désert. Il n’y a pas de mort, d’ensevelissement et de résurrection à l’oeuvre dans leur vie ; cherchant toujours quelque chose pour eux-mêmes, pensant tout le temps qu’ils cherchent vraiment la volonté de Dieu. Et il est très difficile pour quelqu’un comme cela d’être ajusté à quelque chose et à quelqu’un d’autre qui ne serait pas en accord avec les idées préconçues qu’ils ont du ministère.

Ce qui est ironique, c’est que Moïse va se révéler être le plus grand prophète de l’Ancien Testament, mais Moïse a dû d’abord être ajusté et à la fin de ces quarante années dans le désert, il disait: «Seigneur, je ne sais pas parler. Envoie quelqu’un d’autre ». C’est le genre de personne que Dieu peut utiliser. Quarante ans de mise en place, quarante ans de démolition et maintenant à quatre-vingts ans, il est brisé, humble, doux, souple, flexible et ajustable. C’est le genre de personne que Dieu peut utiliser, quelqu’un qui ne recherche pas les choses, mais qui se contente simplement d’être caché. Dieu peut faire confiance à quelqu’un comme ça. Mais cela ne faillit jamais que ceux qui si souvent se mettent en avant eux-mêmes, qui veulent parler, soient ceux qui n’ont rien de valable à dire et ne valent pas la peine d’être écoutés. Ils se trainent à travers la moitié du monde entier pour prêcher un sermon, mais ne voudront pas traverser la rue pour en écouter un. Ils n’ont pas une histoire secrète et profonde avec Dieu dans le désert. Ils ont juste un désir de prêcher ou un désir d’être pasteur, ou un désir d’être responsable de quelque chose. Pensez-vous que Dieu va promouvoir cette convoitise charnelle pour des choses spirituelles ? Cela représente-t-il l’esprit, le caractère et la nature du Seigneur Jésus?

Jésus dit: «Ce qui est de la chair, est chair». Et la vérité est que beaucoup viendront à Jésus en ce jour-là et diront: “Seigneur, Seigneur, nous avons fait toutes ces choses pour toi” et il jugera toutes ces oeuvres étant charnelles, terrestres, intéressées et égoïstes. Il les nomme “ouvriers d’iniquité” même s’ils l’appellent tous Seigneur! Et ils sont tous très occupés, s’échinant aux choses que la plupart des ministères font – prophétiser au nom de Jésus, chasser les démons au nom de Jésus, faire des miracles au nom de Jésus – si ce n’est pas le ministère alors qu’est-ce que c’est? N’est-ce pas cela que les chrétiens cherchent si avidement? Paroles prophétiques, puissance, signes et prodiges … n’est-ce pas cela qui nous excite tous ? Alors pourquoi Jésus n’est-il pas impressionné par cela ? Le point crucial est que l’oeuvre du Seigneur est devenue plus importante que le Seigneur de l’oeuvre. «Je ne vous connais pas» dit-Il, et le fond de cela est qu’il n’existe aucune relation constante avec Jésus. Aucune intimité. Pas de communion. Aucune vie de prière. Pas de recherche dans l’Écriture. Aucune recherche de sa volonté ou de son royaume – seulement une recherche charnelle pour eux-mêmes et pour leur soi-disant «ministère». Cela ne les empêche pas de faire ces oeuvres en son nom, mais si ces oeuvres ne conduisent les personnes à une connaissance plus profonde du Christ, aux yeux de Dieu, ils sont ouvriers d’iniquité, parce que vous ne pouvez pas conduire quelqu’un à un endroit ou vous n’avez jamais été vous-même.

Eh bien, c’est quelque chose à méditer, et je ne dis pas être parfaitement ajusté au but et intention de Dieu en ce qui concerne le véritable ministère spirituel. J’ai encore besoin de cet ajustement sur une base quotidienne. Mais je m’excuse auprès de Lui et je m’excuse auprès de vous pour toutes les fois où je n’ai pas réussi à le représenter correctement. Je me suis repenti de cela et je vais continuer à chercher sa face et sa volonté jusqu’à ce que je sois parfaitement ajusté à lui à tous égards. La vérité, c’est que je ne suis pas un pasteur. Je ne suis pas quelqu’un qui peut vous apporter un message chaque semaine. Je ne suis pas un théologien qui peut démêler toutes les nuances doctrinales, et éclaircir les différentes opinions et les questions théologiques et doctrinales que les gens se posent. Je suis d’abord une sentinelle et ensuite un enseignant. Et je ne peux dire que ce que Dieu me donne de dire, quand Il me le donne.

L’idée d’avoir une parole quotidienne ou une retransmission sur internet hebdomadaire ou un enseignement mensuel est bonne, cela est noble, mais honnêtement, je pense que cela reflète cet ancien état d’esprit pastoral pour lequel Dieu ne m’a pas appelé. C’est comme si je craignais que si je ne signalais pas quelque chose alors quelqu’un va glisser, glisser loin de Dieu ou de glisser loin de moi, je ne sais pas de qui, mais de toute façon, je ne suis pas responsable de votre la croissance et de votre développement spirituel. Je suis responsable de vous orienter vers le Christ et de proclamer les conseils éternels de Dieu et ses objectifs concernant Son Fils, et d’être un instrument d’ajustement dans votre vie. C’est le côté public de ce ministère.

Le côté privé, la face cachée, est de servir le Seigneur par la prière. Un point c’est tout. Je suis appelé à être avec Jésus. C’est ma vocation. Mon cadeau, c’est le Christ Lui-même. Il est mon cadeau. C’est à cela que je veux être réduit.

Or, toutes ces autres activités ont leur place, mais ces activités ne sont pas Christ, et ces activités peuvent très bien prendre la place du Christ, si nous ne faisons pas attention. Je pense, pour résumer tout cela, je ressens la nécessité absolue pour moi – et pour vous, parce que nous sommes tous les mêmes – que nous avons besoin d’être gouvernés par le Saint-Esprit. C’est la clé: gouverné par l’Esprit Saint. Cela répond à toutes les questions sur ce qu’il faut faire, où aller, quoi dire, quand le faire ceci ou cela, ou si faire ceci ou cela. Ce n’est pas une question de calendrier ou de temps, ou les demandes et les attentes des autres. Si c’est cela qui me dirige, alors je peux tout aussi bien prendre une église quelque part, annoncer mon sermon une semaine à l’avance et suivre un chemin prévisible. Mais cela, à mon avis, n’est pas ce qui signifie être dirigé par le Saint-Esprit.

Etre rempli du Saint-Esprit est une chose. Mais être gouverné par l’Esprit Saint, c’est autre chose. J’ai été rempli de l’Esprit Saint la plupart de ma vie. Je peux vous citer le jour et l’heure où j’ai reçu le baptême dans le Saint-Esprit et les dons qui accompagnent ce baptême de l’Esprit. Cela ne veut pas dire que j’ai toujours été dirigé par cet Esprit en moi. Et vous, que diriez-vous? Vous pouvez être rempli de l’Esprit, mais vous pouvez ne pas être gouverné par l’Esprit, et cela explique pourquoi les gens du mouvement charismatiques et prophétiques, sont quelques-unes des personnes les plus charnelles que vous rencontrerez dans votre vie.

La Bible dit que nous devons être continuellement remplis de l’Esprit. Paul dit: «Ne vous enivrez pas de vin mais soyez remplis de l’Esprit». Et ces mots “soyez remplis» sont un verbe d’action continue en grec. Cela signifie être continuellement remplis, être en train d’être rempli, ou être rempli en permanence. Idem pour manger ou boire Christ: «Celui qui continue à manger ma chair et qui continue à boire mon sang aura la vie» dit-il. La question n’est pas d’avoir une sorte d’expérience à l’autel ou une sorte de supposée manifestation de la présence de Dieu dans votre chair. La question est de vivre continuellement et durablement en Christ, qu’Il demeure continuellement en vous moment par moment. Et si vous voulez venir sous le gouvernement du Saint-Esprit, Il vous ramènera encore et encore au principe de demeurer en Christ et d’accepter le travail de la Croix. C’est le chemin sur lequel le Saint-Esprit vous ramènera.

Voici, c’est la direction de l’Esprit et il travaillera avec vous un bon bout de temps vers ce but, mais si vous refusez continuellement ce gouvernement, alors l’Esprit en est attristé et finira par partir. Et je pense que cela sera mis en compte pour ces multitudes de gens qui appellent Jésus «Seigneur» et font des choses en son nom mais ne le connaissent pas. Si votre seule preuve d’une vie remplie de l’Esprit est quelque chose que vous avez vécu lors d’une retraite, quelque part en 1968, alors quelque chose ne va vraiment pas. Une personne remplie de l’Esprit est soit sous le gouvernement du Saint-Esprit ou se dirige vers ce gouvernement. Rester sur place ou revenir en arrière ne sont pas des options. Être continuellement rempli de l’Esprit. Et vous pouvez croire ce que vous voulez sur ces oeuvres, mais la preuve résultante est le fruit de l’Esprit ou l’absence de celui-ci, cela démontre si nous sommes vraiment ce que nous disons être.

Jésus a dit: un bon arbre ne produit pas de mauvais fruits ni un mauvais arbre ne produit de bons fruits et c’est par les fruits que vous les reconnaîtrez et non par leurs feuilles. Bon ou mauvais, pour le meilleur ou pour le pire, vous allez produire quelque chose. Donc la question n’est pas si vous allez produire des fruits, mais quel genre de fruit que vous allez produire.

Donc, comme nous nous plaçons sous le gouvernement de l’Esprit Saint, cela signifie que nous allons essayer d’aller à certains endroits, tout comme les Apôtres, mais l’Esprit ne le permettra pas. Ou alors, nous allons essayer de garder le silence ou de rester dans un certain endroit et rester caché, mais l’Esprit va nous contraindre à dire quelque chose ou de prendre des mesures. Ou encore, nous pouvons chercher à éviter certaines personnes ou certains lieux ou certaines choses, mais l’Esprit dira: «Va là bas, et ne doute de rien parce que Je t’envoie.” Et il ne vous enverra pas toujours là ou cela semble devoir réussir! Cela pourra sembler être voué à l’échec. La crucifixion n’est jamais une réussite vue de l’extérieur. Mais considérez : c’est quelque chose de totalement différent de quand on se fixe quelques objectifs pour soi-même et de quand on dit vouloir faire telle ou telle chose pour une telle ou telle date, de quand on dit aller ici et là et faire ceci et cela. Vous ne voyez pas cela dans la Bible. Vous les voyez venir de plus en plus sous le gouvernement du Saint-Esprit. Et ils ont vite appris qu’obéir à l’Esprit signifie Vie et la Paix, si pas à l’extérieur, en tout cas à l’intérieur. Tant qu’Il le fait et qu’Il est à l’origine des choses, tout va bien. Mais au moment où nous y mettons notre main, nous les souillons. Encore et encore.

Donc, pour moi, cela signifie que nous pouvons, ou non, avoir un message par jour, ou un webcast hebdomadaire, ou des réunions deux fois par mois dans notre maison, ou tout autre atelier ou réunion ou conférence. Je ne m’inquiète plus pour ces choses ; je suis seulement préoccupé par cette seule chose: que je parte ou reste, que je parle ou garde le silence, que j’écrive quelque chose tous les jours ou que je n’écrive jamais rien de nouveau, que je semble être actif ou semble être inactif, suis-je gouverné par le Saint-Esprit ? Parce que c’est le seul véritable fondement du ministère spirituel.
Maintenant, si cela vous concerne particulièrement et témoigne à votre coeur, vous pouvez vous demander: Comment puis-je connaitre la différence ? Comment puis-je savoir si je suis conduit par l’Esprit ou par ma propre nature égocentrique? Eh bien, ne me le demandez pas, parce que je ne peux pas vous le dire. Je ne peux pas vous donner la réponse. Je voudrais jouer la sécurité et supposer que je suis probablement plus égoïste que spirituel, mais vous aurez à faire la même chose que moi : aller devant Dieu et Lui demander de vous sonder et de vous le révéler.

Quand vous vous retrouvez dans ces situations difficiles à discerner, vous êtes obligé de d’aller devant Dieu et de trouver et c’est comme ça que vous apprenez. Cela fait partie de votre croissance. J’ai identifié une condition chez les chrétiens que j’appelle «Googleisme spirituel». Googleisme spirituel! Et cela signifie plutôt que d’aller devant Dieu, de nous humilier et obtenir des réponses du Trône, nous nous précipitons sur Internet, ” Google ” notre problème, et nous essayons d’obtenir des réponses de cette façon. Eh bien, c’est vite prêt, c’est pratique, c’est rapide et vous obtiendrez certainement quelque chose, mais je crois que cela offense l’Esprit du Dieu vivant. Pourquoi? Parce qu’Il veut que vous veniez à Lui et à appreniez de Lui et cela prend du temps et il faut de la patience et c’est pourquoi la plupart des gens ne le font pas et c’est pourquoi la plupart des gens, pour l’ensemble de leur quête et recherche de réponses, ils sont toujours pas beaucoup plus loin que quand ils ont commencé. Je ne vais pas être dirigé par Google, et je ne vais pas être dirigé par ce que Watchman Nee a fait, ou ce que T. Austin-Sparks a fait. Ils ont servi leur génération bien, mais ils sont morts. La question n’est pas «Qu’est-ce que le Seigneur dit à untel ?” Cela ne peut nous amènera pas plus loin que cela. Qu’est-ce que le Seigneur me dit, à moi, maintenant? C’est la vérité présente qui répond au besoin de Dieu en ce moment précis.

Je veux être ajustés en permanence à Dieu et continuellement gouverné par l’Esprit de Dieu. Et de cette façon, je peux satisfaire le coeur de Dieu. Et cela est en dehors de la question si oui ou non cela satisfait tout le monde ou même si cela fait un sens pour tout le monde. Et donc je vous invite à vous joindre à moi dans ce voyage, il commence par une volonté à être ajusté à Dieu, embrassant le principe de la Croix et à être gouverné par l’Esprit Saint. Le résultat final est une pureté qui ne peut être atteinte par des moyens charnels.

J’espère que vous ferez de ce message et de cette parole un sujet de prière.

Ce texte est la transcription d’un message audio. La forme orale a été conservée tout au long. Pour écouter le message dans sa forme originale, s’il vous plaît cliquez ici.

Chip Brogden
CHIP BROGDEN is a best-selling author, teacher, and former pastor who shares "real, simple, truth" about a Christ-centered faith that is based on relationship, not religion. Learn more »

FREE BOOK - DOWNLOAD NOW!

Success! Keep an eye on your email for the download link.

Pin It on Pinterest

Like this post?

Share it with your friends!